La démarche de la Coordination Territoriale de Santé

Le rôle du syndicat mixte du pays d’Oloron – Haut Béarn consiste, de manière générale, à lancer une mission prospective et participative de développement, par la coordination, la mise en réseau et l’accompagnement en matière de services plus précisément :

  • Rôle de coordination en matière d’accessibilité aux services et de santé
  • Rôle de mise en réseau des communautés de communes (équipements et prestations de services)
  • Accompagnement de projets intercommunaux

frapays

Dans le cas présent, le choix du syndicat mixte a été de :

  • Participer à la réduction des inégalités territoriales et sociales de santé, via la promotion de la santé, la prévention, les politiques de soins, l’accompagnement médico-social mais également sur les déterminants de la santé (logement, transports, environnement physique, cohésion sociale etc.).
  • Initier la création d’une dynamique de santé locale, cohérente et coordonnée, en réponse à des besoins clairement identifiés à partir d’un diagnostic local partagé.

Doté d’un établissement de soins public participant à la structuration de l’offre de santé et la présence de spécialités médicales et chirurgicales, le territoire est appelé à appréhender son offre de santé comme faisant partie d’une communauté hospitalière de territoire à l’échelle du Béarn. De ce fait, son offre de soin devra se conjuguer avec celle des hôpitaux de Pau et Orthez, dans une perspective de complémentarité des spécialités et de mutualisation des moyens techniques.

Outre la présence sur le territoire de services hospitaliers, les possibilités d’accès à des services de soins de proximité (ou de premier recours) s’imposent comme une nécessité sur un territoire contraint par des phénomènes d’enclavement et dont les perspectives de vieillissement de sa population appellent des besoins accrus. Ces types de services sont d’ailleurs des composantes essentielles de l’attractivité du territoire.

La problématique de la démographie médicale et paramédicale (faible densité et la difficulté à renouveler les médecins libéraux) impose des contraintes tant en termes d’accessibilité aux services de soins, que de gestion des services de gardes. Plus particulièrement sensible dans les hautes vallées, cette problématique pourrait conduire à des « situations de seuil » de nature à compromettre l’attractivité de secteurs où la population tend à décroître .

Si des initiatives ont spontanément été mises en places (ex. : cabinets médicaux, collège des médecins) pour chercher à optimiser les moyens et/ou faire face aux problèmes de garde, celles-ci ne sembleraient pas constituer des palliatifs suffisants. En témoigne la propension des patients à s’orienter vers Oloron ou Pau avec pour corollaire des problèmes d’accessibilité.

Les objectifs :

  • Rechercher l’amélioration des conditions d’exercice des praticiens de santé

Sur un territoire dont la faible densité implique de grandes amplitudes de déplacement pour les patients comme pour les praticiens, ainsi qu’une faible représentativité des différentes disciplines de santé, il s’agit de rechercher les moyens non seulement d’optimiser les pratiques, mais aussi de rendre ces pratiques plus attractives pour les professionnels, voire incitatives à l’installation de jeunes médecins. La finalité est d’anticiper les risques d’un processus de désertification médicale difficilement réversible.

L’amélioration des conditions de pratique des professionnels de santé, gage d’une meilleure efficience et d’une incitation à l’installation de nouveaux praticiens, nécessite d’impliquer ces derniers dans une étude fine des besoins et des marges de manœuvre à mobiliser. Cette démarche d’évaluation des besoins et de définition des moyens à mettre en œuvre devra être menée conjointement sur deux échelles : au niveau des communautés de communes et du territoire Pays où la création d’une communauté de santé peut s’avérer pertinente. Guidée par l’objectif de l’élaboration d’un projet territorial de santé, cette démarche gagnera en cohérence et en perspective.

  • Soutenir et accompagner la structuration de l’offre de santé à l’échelle des micros territoires

Si le diagnostic mené en vue de l’élaboration du schéma de services a permis de cerner les composantes de l’offre de santé et les principaux enjeux relatifs à la préservation et l’optimisation de l’offre de santé, l’amélioration de l’organisation ad hoc de ce type de service ne peut se décréter. Celle-ci doit en effet relever d’une démarche de construction partagée et concertée entre différents professionnels (médecins libéraux, infirmiers libéraux, kinésithérapeutes, dentistes, pharmaciens, médecins hospitaliers, …).

La communauté des communes de la vallée d’Aspe a entrepris une réflexion quant à la création d’une maison de santé pluridisciplinaire. Celle-ci pourra servir d’expérience test et à ce titre être accompagné d’un dispositif d’observation/évaluation ouvert aux collectivités voisines. A l’échelle de chaque communauté de communes, la configuration de Pôles Pluridisciplinaires de Santé devra être définie par les professionnels qui y participeront.

  • Élaborer un observatoire territorial sanitaire et social

Cet observatoire locale impliquera un accès facilité aux données territorialisées concernant la situation sanitaire et sociale (données relatives à l’offre de santé, indicateurs de précarité, de morbidité, de dépendance,…). Pour ce faire des conventions de partenariat seront établies avec les différents organismes détenteurs de ces informations le plus souvent difficiles d’accès. Cet observatoire constituera un outil utile pour accompagner les réflexions préalables à la mise en œuvre du projet territorial de santé.

Des objectifs à l’action :

Fort de l’expérience de la mobilisation de ces acteurs dans le cadre de la réalisation du schéma de services, et conscient des difficultés d’échanges entre acteurs locaux sur ce sujet, le Syndicat Mixte du Pays a souhaité faire appel à un prestataire extérieur, spécialiste de l’animation territoriale, en vue de constituer un vrai réseau de professionnels et d’acteurs publics sur cette question, et d’élargir la réflexion et mettre en place des actions concrètes au moyen de ce réseau.

Un partenariat avec l’A.D.E.P.F.O (association pour le développement des Pyrénées par la formation) et Etcharry Formation Développement a donc été formalisé.

Suite à l’analyse partagée de l’état des lieux « santé » réalisé par l’ORSA -Observatoire Régional de la Santé en Aquitaine- à l’échelle du Pays d’Oloron – Haut-Béarn, des problématiques prioritaires ont été arrêtées par les acteurs locaux, praticiens et élus.

  • Les personnes âgées à domicile
  • Coordination des professionnels de la santé
  • Installation de nouveaux professionnels

[/checklist]

La coordination territoriale de santé se veut participative, impliquant de fait les élus du Pays d’Oloron – Haut Béarn ainsi que les acteurs de santé (sanitaire, social et médicaux social) exerçant sur ce territoire.

coord

Consultez également